OGES > Actualités > Étudier en Inde, une expérience hors du commun pour les étudiants congolais.

Étudier en Inde, une expérience hors du commun pour les étudiants congolais.

 

Nous l’observons tous, les étudiants congolais sont habitués à migrer, pour des raisons scolaires, dans les pays d’Afrique, d’Europe de l’Ouest ou de l’Est, en Asie et plus précisément en Chine et en Amérique (Canada, Cuba, Etats-Unis, etc.). Rares sont les étudiants qui choisissent des destinations autres que celles citées ci-dessus, rares sont les compatriotes qui sortent de ces sentiers quasiment tracés ou prédéfinis…

 

Cyrvet NGOT DHELIAT, en Inde depuis trois (3) ans, fait partie des exceptions à la règle. Etudiant en 3e année d’Informatique, il est inscrit à Pinjac Technical University, PTU en abrégé, où il suit assidûment ses études universitaires. Le premier avantage indéniable des études en Inde que souligne Cyrvet est la vitesse de la connexion Internet et l’extraordinaire capacité informatique du pays. « Si nous comparons la France à l’Inde, le débit Internet est dix(10) fois plus vite ici qu’en France » commente-t-il. L’avantage pour un étudiant étranger d’aller étudier en Inde est que le coût de la vie étudiante y est très abordable, comparé à celui des pays occidentaux. Avec un budget annuel de 2000 Euros par exemple, un étudiant peut payer son école, son logement et disposer d’un peu d’argent de poche à chaque fin de mois.

 

              La première année en Inde s’est avérée difficile pour notre étudiant, car la majorité des professeurs qu’il avait dans sa filière d’études dispensait ses enseignements dans la langue nationale indienne, l’Indi. La maîtrise de l’Indi et de l’anglais est une étape indispensable pour bien suivre les études en Inde. Elle représente également un point incontournable pour s’intégrer dans la société indienne, ou tout au moins dans la vie universitaire. Cette première étape d’intégration une fois réussie, la vie est beaucoup plus simple et les cours naturellement beaucoup plus faciles à comprendre.

 

La semaine de cours est bien organisée mais elle est aussi très chargée, nous dit Monsieur NGOT DHELIAT. Il a cours sur le campus, du lundi au samedi, de 9h00 à 16h45. La particularité du programme qu’il suit est qu’il démarre chaque année son semestre à la mi-juillet. Il n’a que deux (2) semaines de vacances en décembre et un (1) mois de vacances en  juin.

 

Son université encourage les étudiants à découvrir la culture indienne en prenant en charge le coût des déplacements liés aux visites culturelles.  Le ‘Temple en or’ et le ‘Taaj mahaal’ sont par exemple des sites touristes que Cyrvet conseille à visiter à toute personne qui arriverait en Inde.

 

           La gastronomie d’un pays est un élément culturel important à prendre en compte, pour mieux connaître les habitudes et/ou le mode de fonctionnement de ses habitants. De ce côté-là, Cyrvet NGOT DHELIAT nous apprend que les Indiens sont très végétariens. Habitués au régime alimentaire plus diversifié, ou mieux plus riche en protéines animales, l’étudiant NGOT DHELIAT indique par ailleurs que les étudiants africains de New-Delhi ont créé un petit restaurant africain afin de ne pas être dépaysés. Surnommé le Malewa par les étudiants originaires de la République Démocratique du Congo, ce restaurant offre une diversité de menus africains aux prix très intéressants et adaptés au budget étudiant.

 

En dehors de la vie étudiante, Cyrvet a deux casquettes : il est président de l’association des étudiants congolais d'Inde et président de l’Association des Etudiants Etrangers de son campus universitaire – AEE en abrégé – de Ludhiana, ville dans laquelle se trouve son université. Sa mission en tant que Président de l’AEE est de veiller à la bonne intégration des étudiants étrangers dans l’université et d’organiser des rencontres à la fin de chaque mois, pour entretenir la cohésion entre membres de l’association. En tant que Président de l’association de tous les étudiants étrangers de PTU, il est avant tout porte-parole des étudiants étrangers de PTU. Il a instauré un système de cotisation entre étudiants, afin de leur permettre d’avoir une sorte d’aide d’urgence et de répondre à leurs besoins dans des moments difficiles (problèmes financiers, etc.). Cette organisation s’avère très importante pour Cyrvet, dans un contexte où les étudiants étrangers ont rarement la possibilité de travailler en parallèle de leurs études. Le campus universitaire de PTU compte environ 500 étudiants étrangers, dont 21 originaires du Congo-B/ville.

 

           L’objectif de Cyrvet ? Rentré au Congo, dans quelques années à la fin de son cycle universitaire, pour travailler dans l’Informatique et mettre ainsi ses compétences à la disposition de son pays. Il compte en effet, de cette façon, apporter sa modeste contribution au développement de son pays dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Cela constitue, indique-t-il, l’une de ses priorités fondamentales.

 

Un grand merci à l’étudiant NGOT DHELIAT Cyrvet, qui nous a permis de réaliser cet article et qui nous a également indiqué être disponible pour échanger avec les étudiants congolais, qui souhaitent étudier en Inde (échanges téléphoniques ou par courriel, etc.). Monsieur NGOT DHELIAT peut être contacté par téléphone au 00917307734969, ou par courriel par l’adresse électronique suivante : ngotsingh@gmail.com 


Mavoungou Aude.